PWC publie son «Swiss Entertainment & Media Outlook 2012-2016», où croissance = numérisation

 

Communiqué de presse

Etude de PwC: Secteur des médias et du divertissement: croissance

grâce à la numérisation / «Swiss Entertainment & Media Outlook

2012-2016»

Zurich (ots) – Au cours des prochaines années, les deux tiers de

la croissance du secteur des médias et du divertissement dans le

monde proviendront de la numérisation. On observe cette tendance

globale en Suisse aussi. Les consommateurs dépenseront chaque année

environ 2,3% de plus pour les médias, le divertissement et l’accès

Internet, passant de CHF 12,6 milliards en 2011 à CHF 14,1 milliards

en 2016. La consommation de la télévision différée constitue l’un des

défis majeurs pour la publicité télévisée. Entre 2011 et 2016, les

dépenses liées à la publicité télévisée n’enregistreront qu’une

légère progression de CHF 735 millions, pour atteindre CHF 803

milliards. Bien que les magazines soient de plus en plus souvent

disponibles sous forme électronique, les dépenses dans ce domaine

reculeront de CHF 1,1 milliard en 2011 à CHF 921 millions en 2016.

Tels sont les résultats de l’étude de PwC «Swiss Entertainment &

Media Outlook 2012-2016».

La plus grande part de la croissance prévue sera générée par le

segment «accès Internet mobile». Les recettes correspondantes

augmentent chaque année de 21,6% et se situeront à CHF 2,1 milliards

en 2016 (2011: CHF 784 millions). D’ici 2016, les dépenses pour la

publicité sur Internet augmenteront de 9,3%, passant de CHF 769

millions en 2011 à CHF 1,2 milliard en 2016.

Le mode de consommation de la télévision change

«Dans le domaine de la télévision et des vidéos, les prestataires

de programmes différés et à la demande sont attentifs à un nouveau

mode de consommation», explique Patrick Balkanyi, associé et

responsable du secteur Technologie, télécommunications,

info-communication et médias chez PwC Suisse.

Les dépenses liées aux licences et redevances de télévision vont

augmenter dans les cinq prochaines années, passant de CHF 2,1

milliards à au moins CHF 2,2 milliards, ce qui correspond à une

hausse de 1,5% par an. En 2011, ce secteur enregistrait encore une

progression de 5%. «Les nouvelles formes de consommation de la

télévision influencent aussi les recettes publicitaires qui en

découlent. La consommation de la télévision différée constitue l’un

des défis majeurs pour la publicité télévisée», ajoute Patrick

Balkanyi. Les dépenses liées à la publicité télévisée pourraient

augmenter de CHF 735 millions, pour atteindre CHF 803 milliards en

2016.

Après l’analogique, le numérique

Le marché suisse des fichiers musicaux ne cessera de croître dans

les années à venir, après le léger recul enregistré en 2011. Les

dépenses des consommateurs étaient de CHF 891 millions en 2011; elles

pourraient atteindre près de CHF 1,1 milliard en 2016. «Les supports

physiques continuent à perdre du terrain au profit des fichiers

numériques et des offres de streaming avantageuses. Il en va de même

pour le secteur du film, où les téléchargements numériques

poursuivent leur progression, notamment grâce aux appareils mobiles»,

explique Bogdan Sutter, responsable Transformation numérique chez PwC

Suisse. En 2016, les Suisses dépenseront CHF 643 millions dans le

secteur du film (CHF 562 millions en 2011). Les téléchargements

numériques connaîtront sur la même période une progression de CHF 50

millions, pour atteindre CHF 188 millions.

Les jeux vidéos et les jeux en ligne font partie des plus petits

contributeurs au chiffre d’affaires du secteur des médias et du

divertissement, même s’ils enregistreront au cours des cinq

prochaines années une croissance honorable de 5,4% en moyenne. En

2016, les dépenses devraient se situer à CHF 531 millions (CHF 407

millions en 2011).

Croissance modérée pour la publicité radio et la publicité

extérieure

Le marché de la radio avait enregistré en 2011 une croissance de

1,4%, se hissant à CHF 599 millions. D’ici 2016, les dépenses dans ce

domaine n’augmenteront plus que de 0,9% par an, pour atteindre CHF

628 millions en 2016. Le secteur de la publicité extérieure devrait

lui aussi, au cours des cinq prochaines années, enregistrer une

progression modeste, de 1,9% en moyenne, pour générer en 2016 un

chiffre d’affaires de CHF 720 millions (CHF 655 millions en 2011).

Recul des dépenses pour les magazines et les journaux

Bien que les magazines soient de plus en plus souvent disponibles

sous forme électronique (web, smartphones et tablettes), les dépenses

dans ce domaine vont baisser et passeront de CHF 1,1 milliard en 2011

à CHF 921 millions en 2016. Le marché de la presse suisse devrait

afficher une diminution annuelle des dépenses de 4,8%, correspondant

à un chiffre d’affaires de CHF 1,7 milliard en 2016 (CHF 2,2

milliards en 2011).

 

Related Posts

  • No Related Posts

About the author

 
 

0 Comments

You can be the first one to leave a comment.

 
 

Leave a Comment

 

You must be logged in to post a comment.